SAINT-VINCENT

Non loin de la gare de St-Vincent se trouve la nécropole du Grand Bois, nécropole de l’époque de 700 à 200 ans avant JC. Cette nécropole compte plus de 80 tombelles.

Sur les hauteurs du village se trouve une fortification romaine.

St-Vincent faisant partie sous l’ancien régime de la Seignerie de Villemont, son histoire est donc intimement lié à cette dernière.

Au XIIIième siècle, une famille noble appellée « de St-Vincent » résidait en ce village en étant vassal de Villemont.  La dernière héritière des « de St-Vincent » a épousé Gilles de Beaufort, châtelain de Dinant.

St-Vincent a été affranchi à la loi de Beaumont au XIIIème siècle.

En 1636, une grande épidémie de peste a ravagé tout le pays de Luxembourg.  A St-Vincent, il ne restait plus que deux maisons habitées. On dû enterrer les morts le long d’un bois de chênes d’où le nom de « Chenois ».
Une petite niche fut placée à cette endroit en souvenir des défunts.  Encore vénérée à l’heure actuelle, Notre Dame du Chenois a toujours sa belle petite chapelle à l’orée du bois.  Pour connaître son histoire : cliquez ici

Le 22 août 1914, les troupes du 7° Régiment Colonial Français affrontèrent les troupes allemandes entre St-Vincent et Breuvanne juste avant la grosse bataille de Rossignol.

L'église actuelle fut reconstruite en 1907.

A l’intérieur, on peut y voir plusieurs statuettes en bois, entre autres Sainte Scholastique, Saint Etienne, Saint Raymond   .Pour plus de détail  cliquez ici

 

 

A la sortie de St-Vincent en direction d'Orval se trouvent les deux fermes de Rawez, ancien emplacement du fourneau de Rawez. Pour en savoir plus : cliquez ici

-----

Etymologie différentes orthographes au fil des ans : 1068 : Sainvinsart, 1207 : Savinsart, 1344 : Saint Vieusart
 

sens: Sart de Savinus : peut-être le nom d'un soldat romain qui aurait habité la villa romaine de Villemont ?

-----

Saint-Vincent, Saint-Vincent, Saint-Vincent, Saint-Vincent, Saint-Vincent