Les cimetières  militaires

Au lendemain des batailles du 22 août 1914 , les Allemands réquisitionnèrent les hommes valides pour procéder à l'inhumation des soldats tués. Ces braves restèrent trois ans dans des tombes provisoires avant d'être exhumés en mai 1917 lorsque les Allemands entreprirent d'ériger des cimetières militaires sur les champs de bataille.

On vit alors débarquer dans nos villages des architectes et des sculpteurs allemands qui  firent construire, aux frais des communes, trois cimetières à Rossignol, deux à Breuvanne, un à Bellefontaine, un au Chénois et un à Tintigny.

La population civile était tenue d'entretenir ces cimetières et de fleurir régulièrement les tombes sous l'autorité de l'occupant.

 Après la guerre et jusqu'à aujourd'hui, des accords franco-belges et belgo-allemands règlent les questions d'entretien des cimetières militaires.

Certains ont disparu dans les années '60 , les victimes ayant été rassemblées dans les fosses communes des cimetières existant encore aujourd'hui. (Vivier aux Joyaux-mars 1995)

Si vous voulez en savoir plus sur ceux qui subsistent  : cliquez ici