Les haies sont-elles encore « dans le vent » ?

 

On assiste depuis plusieurs décennies à une disparition importante des haies. Elément essentiel de notre paysage, et couloir écologique important, la haie bien conduite remplit de multiples fonctions fondamentales (Cf. fonctions de la haie ci-dessous). On ne peut pas rester sans réagir ! La haie a un rôle à remplir. Cet article a donc pour objectif de démontrer l’intérêt de conserver et/ou de développer des plantations de haies, riche patrimoine naturel. La Région wallonne a décidé, en plus des aides qu’elle accorde dans le cadre des mesures agri-environnementales, d’octroyer des subventions pour la  plantation de haie.

 

- Avant tout, définissons ce qu’on entend par « haie ». Une haie est un cordon d’arbres ou d’arbustes seuls. Dans le Petit Robert on peut y lire : « Clôture faite d’arbres, d’arbustes, d’épines ou de branchages, et servant à limiter ou à protéger un champ, un jardin ».

- On rencontre différents types de haies dans notre région : la haie basse taillée (haie maintenue à une hauteur et largeur déterminées par une taille stricte et fréquente ; hauteur de 2m maximum) ; la haie coplantée (haie basse taillée dans laquelle on retrouve des arbres hautes tiges) ; la haie libre (bande arbustive dont la croissance n’est limitée que par un entretien occasionnel) ; la haie spontanée (composée d’arbustes et/ou d’arbres ayant colonisé naturellement un espace agricole de manière progressive et discontinue) ; la haie haute taillée (alignement d’arbustes et/ou d’arbres dont le développement latéral est limité sur une certaine hauteur par une taille fréquente ; hauteur supérieure à 2m) ; la bande boisée ou rideau boisé ; alignement d’arbres ; arbres têtards (arbres isolés ou plantés en alignement qui ont subi un étêtage) ; le bocage (ensemble de haies ou de bandes boisées formant un maillage dans l’espace).

 

- Son rôle paysager ou de refuge pour la flore et la faune sauvages ne doit pas nous faire oublier son importance potentielle sur :

- la régulation hydrique (effet drainant sur les excès d’eau de pluie qui ruissellent sur les pentes ; les racines de par les fissures qu’elles créent acheminent l’eau jusqu’aux nappes phréatiques. La haie atténue donc les extrêmes : sécheresse ou humidité excessive)

- la lutte intégrée

- les pollinisateurs des cultures

- le régime des vents (brise-vent, abri du bétail, …)

- le climat (effet sur la température)

- l’aspect économique (bois de chauffage, de travail pour la ferme : ex : piquets, d’industrie, d’émondes, ou encore bois d’œuvre)

- la stabilisation des sols (effet anti-érosif)

- Etc …

 

Autre rôle de la haie qui concerne davantage le domaine de l’eau : le maintien des berges :

Les plantations en bordure de cours d’eau ne présentent pas qu’un intérêt paysager. Le long de cours d’eau, les racines fixeront les berges et ralentiront l’érosion des méandres. Les racines délimitent habituellement des creux où les poissons et autres animaux aquatiques se réfugient. Les ruisseaux bordés de végétation ligneuse sont d’ailleurs souvent les plus productifs. L’ombre régularise la température de l’eau et crée un abreuvoir accueillant pour le bétail et le gibier. Par ailleurs, la végétation aquatique se développe moins rapidement. L’entretien des berges et du lit est ainsi réduit. Elle peut aussi jouer le rôle de filtre et de zone tampon importante, protégeant les ruisseaux et rivières contre les dérives des épandages.

 

Rappel - Distances par rapport au cours d’eau :

Les distances à respecter entre les plantations et le cours d’eau correspondent à celles d’une plantation le long du domaine public ou du voisin quelconque (article 35 du Code Rural) : on ne peut planter les basses tiges et les haies (sans haute tige) à moins de 0.5m de la berge. Cette distance est portée à 2m en présence de hautes tiges. Avec l’autorisation des pouvoirs compétents, il sera toujours possible de planter en mitoyenneté.

Rappelons en ce qui concerne les résineux (article 56, de la loi de la conservation de la nature), « qu’il est interdit de planter et de maintenir des résineux à moins de 6m des berges des cours d’eau classés ».

Infos supplémentaires ? : Cf. article relatif aux journées « gestion et protection des cours d’eau »

 

- Comment composer votre haie ?

Pour avoir une belle haie, les espèces que vous utiliserez doivent être bien adaptées. Le choix des essences composant votre nouvelle haie va dépendre du type de sol, du climat local et de l’ensoleillement. L’observation des espèces qui se développent naturellement dans les haies de votre région, vous guidera dans ce choix. Nous pouvons toutefois citer en exemple quelques espèces indigènes : l’amélanchier, le sorbier des oiseleurs, le prunellier, le noyer commun, le noisetier, le houx, le hêtre commun, le genêt à balais, l’églantier, le charme commun, etc. Il est à souligner que ces espèces ainsi que d’autres espèces reprises dans le guide* sous forme de listing sont les seules autorisées dans le cadre de la subvention de la Région wallonne.

Sachez d’autre part, que depuis peu (AGW du 17/07/2003) le CWATUP prévoit l’interdiction d’arracher ou détruire des haies sans la délivrance au préalable d’un permis d’urbanisme !

 

- Subsides à la plantation :

La Région wallonne peut intervenir dans les subsides à la plantation. Il faut naturellement que votre plantation réponde à diverses conditions (composition de la haie, type de plantation, longueur minimale, emplacement, durée de l’engagement, etc …). Ces conditions vous sont présentées dans le « Guide pour la plantation de haies »* de la RW (Brochure technique N°3-DNF) disponible aux deux directions de la DNF ci-dessous.

Quelques chiffres …

-                           Si vous faites appel à un entrepreneur, l’intervention de la RW est fixée à 70% du montant des factures et/ou des fiches de salaire fournies, et est plafonnée à une intervention au mètre courant de: 2.5 € en mono-rang, voire 5 € pour trois rangs ou plus.

-                           Si par contre, vous réalisez vous-même les travaux de plantations, l’intervention de la RW est fixée forfaitairement à : 1.25 € en mono-rang, 1.87 € pour deux rangs, et 2.5 € pour trois rangs ou plus.

 

 

Afin d’introduire votre demande de subsides ou pour de plus amples informations, vous pouvez vous adresser au Directeur du Centre de la Division de la Nature et des Forêts de son ressort :

CANTONNEMENT DE VIRTON

Ingénieur des Eaux et Forêts, Chef de Cantonnement :

Monsieur VANDOREN Bernard, rue Croix Lemaire, 17, 6760 VIRTON (tél. 063/58 86 40)

 

CANTONNEMENT DE FLORENVILLE

Ingénieur des Eaux et Forêts, Chef de Cantonnement :

Madame LEMOINE Nathalie, rue de Neufchâteau, 1, 6820 FLORENVILLE (tél. 061/32 52)

En conclusion, si vous décidez de planter une haie le long de votre propriété, parlez-en avec votre voisin et décidez de commun accord de ce qu’il y a lieu de faire. La solution de la haie mitoyenne est souvent la meilleure. N’oubliez pas non plus de contacter votre administration communale qui possède peut-être un règlement communal à ce propos. La DNF peut aussi intervenir dans les subsides à la plantation !

 

Source : « Guide pour la plantation de haies » - Brochure technique N°3 de la DNF.

 

Cellule de coordination du CRSemois, M.Tassin ;

Avec la collaboration de MM. Gigounon et Van Doren.