Note de Politique Générale lue par Mr Benoît PIEDBOEUF, Bourgmestre,
en séance du Conseil communal du 22 janvier 2001.

Choisis par les électeurs le 8 octobre dernier, nous avons ensemble le privilège de présider aux destinées de la commune pour six ans. Nous avons également le privilège symbolique de commencer la législature en même temps que l'année, le siècle et le millénaire.
Pour symboliques que tous ces débuts de périodes soient, il n'en reste pas moins qu'être au début d'une histoire permet de la projeter de la concevoir, de participer à sa construction par notre action commune.

Etre au début d'une période de six ans pour la majorité reconduite, cela signifie bénéficier d'un nouveau bail pour continuer ce qui a été bien fait, achever ce qui a été entamé et faire ce qui n'a pas été fait ou pas assez. .

Etre au début d'une législature pour de jeunes et nouveaux conseillers, c'est avoir la satisfaction d'avoir été choisis sur une bonne impression et avoir la responsabilité et la chance de pouvoir prouver que la confiance a été bien placée.

Etre au début d'une législature pour les groupes de la minorité, cela signifie pour l'un apporter des idées, une contribution positive à l'action communale, un éclairage original sur certains dossiers, comme cela a été annoncé en campagne et cela signifie pour l'autre , s'engager dans une nouvelle voie, celle des propositions concrètes étayées d'un dossier dépassant la suggestion verbale.

Nous sommes en tout cas tous engagés dans la même voie, celle de la gestion de notre commune pour le bien-être de ses habitants.

Nous aurons sur notre table de travail durant cette législature et dès cette année pour certains d'entre eux, quelques dossiers très importants, les uns obligatoires, les autres que nous avons choisis. Ils constituent des caps à franchir, des défis à relever. De leur bonne résolution dépendent l'avenir de notre commune et son virage réussi pour les prochaines années.

Ils doivent être étudiés et menés à bien en les intégrant dans le cadre du schéma de développement communautaire, du schéma de développement de l'espace régional et donc dans le contrat d'avenir pour la Wallonie, ainsi que dans le futur schéma de développement de l'espace provincial..

Tous ces schémas de développement situés à un échelon supérieur à l'échelon communal, mais desquels nous sommes parties intégrantes, sont des lignes tracées qui donnent un cadre à l'avenir, et lui sont un fil conducteur, tant il est vrai que raisonner tout seul dans son coin est une épreuve vouée à l'échec.

Il est donc fondamental que chacun prenne connaissance de ces schémas et en tienne compte dans sa réflexion. Cela est d'autant plus important que certains créneaux de subsides ne seront accessibles que s'ils sont destinés à financer des projets repris dans les objectifs communautaires, régionaux ou provinciaux.

Parmi les dossiers obligatoires: il y a évidemment la réforme des polices : devant démarrer le 1er janvier 2002, cette réforme est déjà bien en route au niveau du collège de police et la désignation ce soir des représentants communaux au sein du conseil de police, va donner le départ d'une seconde phase importante : la constitution d'une sorte de conseil supra communal créé par les sept communes de la zone. Cette nouvelle police locale a été voulue pour améliorer le service et la sécurité du citoyen, il nous appartiendra de faire en sorte que cela soit le cas. Il y va de la responsabilité des Bourgmestres, mais aussi de celle de chacun d'entre nous.
Pour qu'elle fonctionne sur le long terme, le problème important du financement de cette réforme doit encore être solutionné.
Nous sommes résolus à travailler sur ce dossier et à faire respecter notre autonomie en défendant le concept d'une police de proximité.

Parmi les dossiers qui s'imposent à nous et dont nous devons assumer l'impact financier, figure également notre participation dans l'intercommunale des soins de santé.
S'il est concevable et admissible que la collectivité doive faire face au coût lié à une politique intercommunale de soins de santé, par contre, il est inadmissible d'accepter les débordements budgétaires récurrents mettant en péril les finances des associés. Nous devrons donc mener une politique active dans ce domaine et faire plus que de la figuration aux assemblées générales. Nous devons prendre le temps de connaître les dossiers.
En ce qui nous concerne, nous nous y engageons, et personnellement puisque je suis devenu membre du conseil d'administration. ,je m'y engage également..

Autre dossier obligatoire : l'installation de la collecte sélective des déchets.
Notre travail de sape de la précédente législature a abouti à l'installation, fin d'année du parc à conteneur de Tintigny.
A présent que nous avons l'outil complémentaire indispensable à l'organisation du tri sélectif, nous devons choisir le système de collecte.
Aucun n'est susceptible de remporter l'assentiment général, mais nous devrons trancher et orienter notre choix dans le sens des objectifs à atteindre, c'est à dire une moindre production des déchets et un recyclage optimal.

Nous devrons en même temps revoir l'ensemble du système de taxation pour l'adapter à la nouvelle politique. C'est la raison pour laquelle nous n'avons pas encore remis sur pied le système des cartes encourageant la fréquentation du parc à conteneur. Il nous appartiendra d'établir un système permettant d'encourager le tri et de décourager la production de déchet. Nous nous y emploierons, mais c'est la responsabilité de tous de réfléchir au problème.

Nous aurons bientôt sur la table, du moins nous l'espérons, le dossier de la modification du plan de secteur concernant notre commune. Il s'agit du dossier le plus important des vingt dernières années. Nous voyons tous les jours aujourd'hui les raisons de revoir ce plan d'aménagement de notre commune. C'est un dossier important qui conditionnera notre avenir pour un minimum de vingt ans. Nous devrons donc y apporter tout notre soin.
A cet effet, nous vous proposerons de réinstaller la CCAT et nous lui donnerons pour mission prioritaire de se consacrer à l'étude préalable de cette modification afin d'établir les grands principes devant accompagner cette réforme. L'engagement de certains d'entre nous dans cette commission est fondamental et j'engage les futurs membres à dépasser les images répandues de groupement de réflexion superfétatoire, pour donner de leur temps et de leur talent afin de défricher un terrain difficile.
Ensemble, avec la CCAT nous nous engageons à mener à bien cette nouvelle architecture de notre territoire, si le ministre Forêt respecte l'échéancier annoncé. Nous pourrons ainsi donner à notre commune les moyens d'un développement harmonieux et équilibré dans ses composantes d'habitats, d'exploitation agricole et forestière et d'installation de PME.

Le début de cette année 2001, marquera également le début d'une étape importante de notre vie communale : celle de la consultation de la population dans le cadre de l'engagement de notre commune dans le programme de développement rural. Nous avons travaillé activement sur la première phase l'an dernier. Cette première phase est en voie de rédaction finale et dès achèvement du dossier de base, la consultation par groupe de travail, par village, par thème pourra commencer. Cela se situera vers la mi-mars. A ce moment, nous nous engageons à poursuivre notre rôle de moteur du processus et nous vous engageons à participer à ces groupes de travail pour y apporter vos idées, votre dynamisme et donner à cette occasion unique pour la commune, la chance de devenir un processus de développement et d'accès à la subsidiation pour les dix années à venir.

Tous ces importants dossiers qui s'imposent à nous ou que nous avons choisis, bien qu'importants, ne représentent qu'une petite partie du travail que nous devons accomplir ou des responsabilités que nous devons assumer . Je vais en préciser quelques éléments en reprenant les grandes rubriques budgétaires :

Gestion des finances communales : l'exercice budgétaire 2001 nous a permis de mesurer la précarisation rapide des finances communales due à la conjugaison de la diminution importante des recettes de vente de bois et de l'accroissement exponentiel des dépenses directement issues de décision dont nous n'avons pas la maîtrise ( je rappelle au passage : l'augmentation de la rémunération des mandataires, l'inscription obligatoire de réfugiés politiques à notre CPAS, le déficit des hôpitaux, la révision générale des barèmes, l'application du plan Rosetta et à terme la réduction des dividendes d'électricité, la réduction des recettes fiscales, la réforme des polices et la réforme des services incendies).
La situation née de ces décisions est loin d'être isolée et certaines communes qui ne sont pas confrontées aux problèmes de la diminution des recettes de vente de bois et qui sont aux taux maxima de taxation, se trouvent face à un mur infranchissable.
Nous nous sommes engagés avec d'autres bourgmestres à créer une réaction des gouvernements régionaux et fédéraux afin qu'ils assument les conséquences financières de leurs choix. Les choses sont en train de bouger et des rendez-vous sont pris.
Cependant, sans réaction à court terme, la politique de maintien de la fiscalité au niveau actuel, très bas, ne pourra être poursuivie compte tenu de l'obligation où nous sommes de présenter un équilibre budgétaire.
Nous avons conçu le budget 2001 avec rigueur et courage et nous continuerons dans cette voie, parce que c'est notre devoir de mandataire communal et c'est aussi une obligation légale.
Nous veillerons aussi à établir un nouveau plan de gestion en accord avec le Crac, afin de continuer à bénéficier des avantages de ce service d'aide aux communes.    

Couverture de la commune en matière d'assurances : Nous envisageons de soumettre cette couverture à la concurrence ou de négocier des conditions meilleures auprès notre assureur actuel. Dès après son étude, le dossier sera soumis au conseil. Si l'un d'entre vous souhaite se pencher sur la question et la rédaction d'un cahier des charges, il est le bienvenu.

Gestion du fonds de réserve : nous poursuivrons, dans la mesure du possible à l'avenir, l'approvisionnement de notre fond de réserve, nous envisageons toutefois dans certains cas de constituer des provisions plus faciles à rapatrier à l'ordinaire en cas de besoin.

Administration générale et personnel : Nous poursuivrons notre politique d'accueil des citoyens par la disponibilité, la compétence et la sympathie des membres de notre personnel. Afin d'améliorer encore cet accueil, nous avons entamé des travaux de rénovation et de modernisation de l'outil informatique qui nous permettront d'être encore plus performants à l'avenir. Nous assurerons également, comme par le passé, des permanences des membres du collège au bureau communal afin de répondre à l'attente des citoyens.
La gestion du personnel a vu naître un projet de mise en œuvre sur base volontaire d'une horaire limité à trente cinq heures. Malgré la réticence d'un syndicat, nous tenterons de poursuivre dans cette voie consensuelle et économique.
Nous poursuivrons le dossier de mise en place d'un portique Internet de la commune de Tintigny et du développement de cet outil incontournable de communication. C'est plus particulièrement Frédéric Stiemon qui sera en charge de ce dossier.
Pour le reste nous veillerons à contenir les dépenses dans des limites acceptables.

Gestion du patrimoine privé : Nous étudions et nous étudierons la possibilité de soumettre au régime public une partie de ce patrimoine afin de réduire lecharges de précompte immobilier et d'autre part nous étudierons dans les prochains jours la reprise en charge administrative des bâtiments loués par bail emphytéotique afin de les exonérer de ce même précompte.

Service incendie : Nous continuerons bien sûr à participer au coût du service incendie, mais nous veillerons également à limiter l'impact budgétaire de la réforme prévue à ce sujet et qui vise à professionnaliser ce service.

Service de police : J'ai déjà évoqué le sujet, nous ferons face à nos obligations et veillerons à maintenir un service de proximité. Nous serons de toutes les discussions sur le sujet et participerons activement à la mise en place de la zone de police de Gaume. Nous insistons particulièrement pour que nos représentants au conseil de police face preuve d'une particulière assiduité aux réunions mensuelles qui se tiendront à l'avenir et en face rapport au conseil.

Communications, voiries, cours d'eau : Nous poursuivrons la politique d'entretien de notre réseau routier afin de maintenir sa tenue exemplaire, nous poursuivrons dans la mesure du possible les investissements en matière de sécurité routière. Nous présenterons aux plans triennaux la mise en œuvre de nouvelles voiries destinées aux lotissements projetés.
En matière de cours d'eau, nous veillerons à mettre en place une participation plus active au contrat rivière Semois, et nous participerons à la journée « Semois propre » établie sur le même principe que la journée commune propre, que nous poursuivrons annuellement également. Nous assurerons le développement du site des étangs de Rossignol, en cours de réalisation, afin de lui donner ses fonctions didactique et touristique voulues.

Commerce et industrie : nous travaillerons à la modification des plans de secteurs dans le sens de l'aménagement d'une zone d'accueil adaptée à notre territoire. Nous étudierons également dans le cadre de la rénovation rurale, la direction choisie par la population à ce sujet et les éventuelles synergies à mettre en œuvre avec les communes voisines.

Agriculture : Nous veillerons à l'attribution des aisances abandonnées, par priorité aux jeunes cultivateurs. Nous réactiverons notre dossier de chemins agricoles si les finances nous le permettent. Nous resterons à l'écoute du monde agricole pour en être le relais auprès des instances wallonnes et Provinciales.

Enseignement : Nous poursuivrons l'excellente politique menée depuis de nombreuses années en matière d'infrastructure d'encadrement et d'organisation. Nous veillerons également à poursuivre la politique de fusion administrative des écoles afin de rationaliser leur gestion. Nous continuerons à exclure toute politisation des nominations ou désignations afin d'assurer le meilleur enseignement possible à nos enfants.

Culture, bibliothèques, éducation et arts : Nous poursuivrons l'important travail mis en œuvre depuis douze ans. Nous amènerons notamment le réseau de bibliothèque à sa reconnaissance définitive, dès que possible nous entamerons le processus de reconnaissance du centre culturel en catégorie deux afin de donner le dernier coup de pouce à son essor. Nous développerons comme prévu notre cyber espace dans les prochains mois, nous poursuivrons les relations croisées avec tous nos partenaires et nous mettrons sur pied en juin la première fête de la musique.
En matière de dépenses facultatives Nous remettrons les subsides en place dès amélioration de la situation budgétaire, ce sera peut-être également l'occasion de réorienter ces dépenses dans le sens de l'encouragement des groupements ouvert à la formation de la jeunesse.

Cultes : Nous poursuivrons nos interventions auprès des fabriques d'église, nous insisterons cependant pour qu'un effort soit produit en vue de réduire les dépenses. Nous participerons au 400eme anniversaire de la construction de l'église de Tintigny.

Aide sociales et familiales : nous continuerons à soutenir les associations déployant des services sociaux à domicile sur le territoire de notre commune et nous resterons attentifs aux souhaits du CPAS en matière de politique sociale.
Nous poursuivrons également l'expérience de la très performante agence locale pour l'emploi et nous nous intéresserons au développement des moyens d'actions mis en œuvre au centre de développement rural reconnu comme centre de formation et d'OISP.

Alimentation en eau : nous poursuivrons notre travail de protection des captages, nous ferons également réaliser une étude hydrographique de notre territoire par la fondation universitaire luxembourgeoise afin de connaître et peut être d'exploiter la richesse de notre sous-sol. Nous nous battrons pour conserver la maîtrise de notre réseau. Nous devrons impérativement nous inscrire dans les projets collectifs en matière d'épuration afin de bénéficier de la subsidiation y liée.

Logement et urbanisme : Nous nous engagerons comme indiqué plus haut dans la modification des plans de secteurs afin de permettre une évolution démographique réfléchie de nos villages. Nous continuerons les négociations visant à l'acquisition du terrain « du gros terme".
Dès cette opération réalisée nous veillerons à une mise en œuvre rapide des différentes phases prévues, éventuellement en recourant aux services du privé et sans négliger l'aspect social qu'une telle extension permet d'envisager. Nous poursuivrons également dans la mesure des moyens budgétaires les projets de lotissements en cours.

Nous essayerons de mettre tous ces dossiers en œuvre avec calme et sérieux, nous serons déterminés mais également attentifs aux remarques de tous. Nous accepterons les suggestions de tous à la condition toutefois qu'elles soient concrètes, appuyées d'un dossier et qu'elles ne se résument pas à des effets d'annonces ou promesses de subsides sans lendemain.

Nous avons la chance d'avoir autour de la table du conseil, quelle que soit sa forme, un éventail politique large. Cela signifie que nous avons tous des antennes dans les différents niveaux de pouvoirs et qu'il nous appartient tous de faire jouer nos contacts dans l'intérêt de la commune, en dépassant les jeux stupides des oppositions stériles.

Si comme nous l'avons tous dit dans nos tracts, nous voulons plus et mieux pour la commune, c'est à présent le moment de le prouver. Nous avons six années pour le faire, vous avez six années pour le prouver.

Le 21/01/2001
BP