Gestion raisonnée des bords de routes

 

La commune de Tintigny a installé sur certains bords de routes des panneaux portant l'inscription "Fauchage tardif – Zone refuge". Ils sont illustrés par un papillon, une fleur et un nid pour signaler qu'il y a de la vie sur les bords de routes.

En effet, un grand nombre d'espèces sauvages appartenant au patrimoine naturel de la Wallonie trouvent en ces lieux les conditions nécessaires à leur développement. Les exigences écologiques d'une espèce vis-à-vis du milieu sont variées, comme le sont les conditions de vie rencontrées sur les bords de routes (notamment en matière de sol, de climat et d'exposition au soleil). Aussi les bords de routes accueillent plus de 700 espèces végétales, ce qui représente environ 50% de la flore de la Wallonie. Parmi celles-ci, certaines jouissent
d'un statut de protection.

Le fauchage tardif est pratiqué pour donner le temps aux plantes de fleurir et de fructifier, tandis que les animaux, essentiellement des insectes, vont trouver dans la végétation nourriture et abri.

 

A Tintigny, les 23 relevés botaniques réalisés sur les bords de routes ont permis d'identifier 198 espèces. Parmi les espèces les plus remarquables, citons l'épipactis à larges feuilles, la double feuille, la petite pyrole ou la ronce des rochers.  A côté de ces espèces protégées, on trouve également la campanule à feuilles de pêcher, l'amourette, la grande marguerite, l'origan, le thym et encore beaucoup d'autres.  Toutes ces espèces rendent les bords de routes de la commune plus fleuris du printemps à la fin de l'été.

Ces espèces appartiennent généralement à des associations végétales qui caractérisaient les prairies d'autrefois, alors largement répandues dans le paysage mais qui, en raison de l'urbanisation et de l'augmentation de la productivité au sein des terres agricoles, ont fortement régressé. Cette raréfaction confère aux bords de routes abritant les derniers témoins de ces végétations, une valeur conservatoire non négligeable.

 

Toutefois, la commune a soigneusement choisi les zones de fauchage tardif, notamment en fonction de la sécurité routière.  En effet, il est important de dégager la visibilité à l'intérieur des virages ou à l'approche des carrefours ainsi qu'aux accès aux propriétés riveraines.  Une bande de sécurité est aussi régulièrement fauchée en bordure de la voirie proprement dite, y compris le long des bords de routes en fauchage tardif.

Le fauchage tardif se pratiquera après le 1er septembre, tandis que les fauchages de sécurité auront lieu chaque fois que cela s'avère nécessaire.

Ainsi, grâce à une gestion raisonnée des talus et accotements routiers, actuellement plus de 185 communes ont l'opportunité d'entretenir  chaque année leurs bords de routes tout en permettant à la vie sauvage de s'installer sur plus de 4.500 ha en Région wallonne. Une belle opportunité pour la vie sauvage en complément des 9.000 ha de réserves naturelles !