Les missions du CPAS

Lors de la création des centres publics d’aide sociale, le législateur a reconnu à chacun le droit de bénéficier d’une aide sociale.

 Tout le monde doit pouvoir mener une vie conforme à la dignité humaine.  La « dignité humaine » s’érige en principe fondamental pour déterminer si une personne peut bénéficier de l’aide qu’elle a sollicitée.

 

Mais, que recouvre réellement cette notion ?  On  peut sans doute commencer à la cerner à travers quatre types d’action : l’aide matérielle, l’aide administrative, l’aide positive et le soutien psychologique.

 

L’aide matérielle est assurée par le droit au minimex qui offre aux personnes démunies de toutes ressources la possibilité de s’offrir un toit et de subvenir à ses besoins vitaux.  Cette aide est également reconnue aux étrangers qui réclament le statut de réfugié politique en fonction de la convention de Genève.

 

L’aide administrative doit offrir à ceux qui se perdent dans les méandres de la complexité administrative l’information salvatrice.

 

L’aide positive consiste à franchir le pas de « l’assistanat » en visant la réinsertion professionnelle par l’offre d’une formation complémentaire ou l’aide à la recherche d’un premier emploi.

 

Le soutien psychologique accompagne ces trois types d’aide par un accueil  adapté et personnalisé.

 

En conclusion, je pense que cette approche reste limitative car dans notre société d’argent, les conditions de vie qui changent rapidement font évoluer sans cesse le sentiment de dignité.

 

Toutefois, si l’ensemble de ces aides fait naître chez ceux qui en bénéficient, le sentiment d’obtenir un soutien de la société et ressentir chez eux une solidarité sociale, une partie de la mission du CPAS sera accomplie.  Vaste tâche dont dépend sans doute la paix sociale !